3ème fil: Nous te trouverons un bon mari

Trois fils troisième image:third thread
Athena w:owl_avec_chouette dessin Le loup antique sur une monnaie  femme baroque à la grenade dessin  Femme antique Europe dessin/antique statue
Elles s’assirent sur un mur de pierres sèches sur le côté du chemin. Les premiers rayons du soleil touchaient de rose leurs visages, lorsque la mère sortit un beignet de sa besace et le tendit à la petite fille:
Au moins, je t’ai, fleur dorée de ma vie. Quand tu cours vers moi et que ton visage et ton corps étroit me réjouissent la vue, quand je me penche et que j’hume dans tes cheveux le parfum qui monte de la terre par tes veines, j’oublie les insultes que les gens me crient, j’oublie les coques de marrons que, petite, les enfants du village me jetaient, les hommes qui ont essayé de profiter de moi parce qu’ils disaient que de toute façon je ne trouverais pas d’époux. On a réussi à me marier, même si ton père n’est pas si habile. Ma mère a dû épouser le cousin de son grand-père, je me rappelle qu’il s’aidait d’un bâton pour avancer et que sa barbe blanche pendait sur sa poitrine. Il est mort alors que mon petit frère commençait à peine à marcher.

Pour toi, nous trouverons un bon mari. Je te transmettrai tout ce que m’a appris ma mère, carder, filer, tisser, jusqu’à ce que je ne me rappelle plus rien parce que je t’aurai tout donné. On demandera à la voisine qui connait la broderie de te montrer, et on demandera à celle qui fait les paniers, et à l’autre qui façonne les pots, et tous ces talents pendront de ta couronne de mariée. Je te donnerai à manger le miel qui vient des airs pour qu’il t’accorde la beauté prisée par les hommes, je te donnerai les herbes qui tirent leurs pouvoirs bienfaisants de la terre pour ta santé, le sel de la mer pour que tu sois fertile, de gras morceaux de viande vivifiants comme le feu, pour que tu continues à m’aimer si fort. Nous t’enverrons loin, là où on ne nous connait pas, là où on ne craint pas nos origines. Pour que ta dot soit désirable, tu recevras nos meilleures couvertures et des pots et des outils et les quatre pièces d’argent poinçonnées d’une chouette que je cache au fond de la huche à pain.
Elles se levèrent et reprirent leur chemin, main dans la main. La mère avait disposé dans son panier quelques oeufs et des fromages dont elle espérait tirer un meilleur prix au marché qu’elle n’obtiendrait au hameau.

Recommended Posts
Comments
  • Anonymous
    Reply

    Vos fils, comme d’habitude, sont très “prenants” bien que courts.
    Mais comme l’écrivait La Fontaine “Loin d’épuiser une matière,
    on n’en doit prendre que la fleur”.

Leave a Comment